Maison

Le chauffage au fioul en France vous est expliqué

Aujourd’hui, plus de 2 millions de ménages en France se chauffent au fioul et la tendance n’est pas prête de baisser malgré les récentes taxations des autorités. En effet, le fioul est le mode chauffage le moins cher et surtout le plus accessible pour la plupart des ménages modestes. De plus, les ménages qui se chauffent au fioul en consomment en moyenne 2000 litres par an. Voici ce qu’il faut savoir sur la consommation de fioul en France.

Une augmentation du prix du fioul et du carburant

Pour des raisons écologiques, le prix du fioul et du carburant est en nette augmentation. En effet, le prix du fioul tourne autour de 1 euro et il est issu du pétrole raffiné. Dès lors, les prix du fioul sont très liés à ceux du baril de pétrole. Les prix du fioul dépendent aussi de la fiscalité appliquée sur les produits pétroliers (taxe intérieure à la consommation sur les produits énergétiques) et la TVA. Ce n’est pas alors la première fois que l’on assiste à une hausse du prix du fioul. Ce combustible a connu une hausse de plus de 7% en un an. Cependant, cela ne semble pas décourager les ménages qui continuent à recourir à la livraison de fioul pour se chauffer.

Pour alléger les ménages les plus modestes

Pour un foyer qui consomme jusqu’à 2000 litres de fioul par an, il faut dire que la fiscalité est d’environ 366 euros par an selon la fédération française des combustibles, carburants et chauffages. Cependant, cette fiscalité devrait passer à 430 euros par an à partir de l’année prochaine. Pour faire face à cette hausse de la fiscalité, le délégué général de la fédération française des combustibles propose de porter le chèque énergie à 220 euros. Le gouvernement n’est pas totalement contre cette mesure, mais estime que ce chèque va tourner autour de 200 euros à partir de l’année prochaine.

En perspective : supprimer totalement les chaudières au fioul

D’ici 2028, le gouvernement envisage une suppression totale de toutes les chaudières au fioul dans le pays afin de limiter leur impact environnemental. Pour cela, il compte prendre en charge le tiers du coût global de la transformation et de la conversion des chaudières. Cependant, ce dispositif n’a pas encore été adopté ni débattu et on en saura un peu plus dans les mois à venir. Toutefois, l’objectif du gouvernement est clairement affiché : réduire la dépendance du pays en pétrole et surtout réduire la pollution.

Show Buttons
Hide Buttons
Mises à jour par courriel gratuites