Actu

Vendre une entreprise en cours de faillite

Le principal handicap dans cette vente d’une entité en faillite demeure dans le prix de cession. Ce dernier sera calculé en fonction de l’importance des dettes, des pertes ainsi que des retards de paiement. Même si vous n’allez pas recevoir autant d’offres, vendre une entreprise n’est pas une mission impossible. Retrouvez dans ce dossier quelques conseils pour que cette cession se déroule dans de bonnes conditions et pour réussir la vente de votre entreprise en faillite.

 

A voir aussi : Quels sont les avantages de louer une voiture de luxe avec chauffeur ? 

Prendre une décision au bon moment

Il ne faut pas attendre qu’une procédure de poursuite judiciaire soit lancée pour prendre une décision. Dès que vous constatez que vous manquez cruellement de liquidités, il faut vous décider et prendre les mesures nécessaires. De potentiels acquéreurs et investisseurs pourront se présenter si vous n’êtes qu’au stade de la cessation de paiement, du redressement judiciaire ou de la liquidation. Même si vous avez décidé de vendre votre entreprise, il faut essayer de stabiliser sa situation financière.

 

A découvrir également : Pourquoi partir en séjour linguistique ?

Dresser un bon business plan

Dans la vente entreprise, il faut toujours présenter un business plan. Certes, votre entité est en faillite, mais ce n’est pas pour autant que vous n’allez pas réussir à mettre en avant ses points positifs. Il ne s’agit pas de cacher les difficultés et la situation financière à vos potentiels clients, mais il faudra savoir mettre en évidence vos atouts. Pour ce faire, vous pouvez faire appel à un professionnel. Il saura dresser un bon business plan à vos potentiels acquéreurs. Il est possible de détailler dans ce dossier les raisons de difficultés pour que l’acquéreur puisse comprendre l’affaire dont il va reprendre et évaluer les mesures et les dispositions à prendre.

 

Bien choisir son repreneur

Même si votre entreprise est en faillite, il peut arriver que plus d’un investisseur se présente et soit intéressé par votre offre. Dans tous les cas, vu votre situation, il va surement négocier le prix. Sachez que ce n’est pas que votre entreprise est en difficulté que vous devez accepter n’importe quel prix et n’importe quelle offre. Vous pouvez imposer vos conditions et vos exigences. Vous devez également évaluer le profil de chaque acquéreur pour savoir s’il sera en mesure de redresser votre entreprise. Il faut aussi parler avec lui pour savoir ses projets par rapport à la reprise de votre entité : s’il envisage des licenciements de membre de votre personnel, des changements de stratégie…