Immobilier

Marché immobilier : 25% des logements inoccupés à Paris

Aujourd’hui, un peu plus d’un quart des logements situés au niveau des 4 premiers arrondissements de Paris seraient vide. Contrairement à ce que l’on dit, la ville de Paris, notamment ses arrondissements 1, 2, 3 et 4 ne sont pas tout à fait surpeuplés. Selon une étude publiée récemment par l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), environ 25% d’entre eux ne sont pas occupés.

57% des personnes vivant seules

Il faut dire que la proportion de logements vides s’avère beaucoup plus élevée dans les autres zones de la capitale où elle se situe en moyenne à 15%. Selon le site Seloger.com, entre 2008 et 2013, ces 4 arrondissements ont pu enregistrer une très forte augmentation des logements inoccupés dans la capitale (1.3% contre seulement 0.6% en moyenne. Pour le 2e arrondissement, il reçoit le bonnet d’âne avec un surplus de 6% par rapport aux logements vides. Dans les autres arrondissements, l’augmentation du nombre de logements vides tourne autour de 1%.

À noter que l’Apur indique dans son étude que ces quatre arrondissements concentrent plus de 59.000 résidences principales. Ce qui représente environ 74% des logements. Dans les autres arrondissements, cette part s’élève à 85%. Autre élément à prendre en compte, c’est sans doute le fait que, dans les 4 premiers arrondissements, environ 57% des habitants vivent seuls. Ce chiffre se révèle légèrement plus élevé que dans le reste de la ville avec 51%.

Les logements les moins grands de Paris

C’est dans le centre de Paris que se trouvent souvent les logements les moins grands et les moins peuplés selon http://sygalis.com/. C’est surtout l’endroit où se trouvent environ 60% des logements avec une à deux pièces. Une configuration qui est assez favorable aux célibataires, mais qui reste très peu attrayante pour les familles. En conséquence, les arrondissements centraux abritent une surreeprésentation des jeunes adultes qui disposent de revenus plus ou moins élevés. À noter que cette zone accueille environ 45% de la population parisienne et dans un espace qui couvre environ 6% de la superficie de Paris.

Dans la Ville Lumière, on note que la question du logement est assez sensible et les autorités en parlent rarement. Par conséquent, outre les résidences principales, la ville abrite 107.000 résidences secondaires. En 15 ans, il faut dire que ce nombre a presque doublé. Afin de limiter la hausse des prix du logement et leur rareté, le Conseil de Paris étudie la possibilité d’appliquer une surtaxe pour les maisons secondaires. Ce qui ferait passer la note de 600 à 2500 euros.

Show Buttons
Hide Buttons
Mises à jour par courriel gratuites