Actu

307 2l hdi 90 : combien de chevaux fiscaux ?

Le nombre de chevaux fiscaux d’une voiture est un critère important à prendre en compte lors de l’achat d’une voiture. Ce nombre donne une idée de la puissance maximale du moteur. Il est également utile dans la conception de la carte grise et lors de la souscription d’une assurance. Particulièrement pour certains modèles de voiture anciens, mais encore très utilisés comme la 307 2l hdi 90, connaître cette puissance vous rendra prévenu contre beaucoup de frais.

La puissance maximale du moteur d’une 307 2l hdi 90

La fiche technique de la 307 2l hdi 90 annonce dans les informations relatives à la transmission que cette voiture a une puissance fiscale de 5 chevaux. Ce nombre de chevaux fiscaux offre une performance allant jusqu’à 90 chevaux à 4000 tr/min. Cette belle puissance du moteur à plein régime se comprend quand vous allez à la découverte du génie des fabricants.

A voir aussi : Pourquoi est-il important de bien choisir son e-liquide ?

En effet, le moteur de la 307 2l hdi 90 est de type 4 cylindres en ligne et ne fonctionne qu’au diesel. Il dispose également de deux soupapes pour renforcer son fonctionnement. Ce moteur a une disposition transversale avant et bénéficie d’une alimentation à la rampe commune.

Pour ce qui est de la suralimentation, vous avez un turbocompresseur bien placé. Un arbre à cames en tête se charge de la distribution et un antipatinage en série est prévu. Tout cet arsenal est indispensable pour la 307 2l hdi 90 et impacte sa production de dioxyde de carbone.

A découvrir également : Comment faire chez soi après un accident ?

La méthode pour calculer la puissance fiscale du véhicule

La puissance fiscale d’une voiture ou son nombre de chevaux fiscaux n’est pas fixé de manière arbitraire. Contrairement au nom de la voiture, le nombre de chevaux fiscaux n’est pas directement dépendant de la marque. Beaucoup de facteurs entrent en jeu pour déterminer avec toute l’exactitude possible la puissance fiscale d’un véhicule.

Quels que soient la marque et le type d’une voiture, la méthode de détermination du nombre de chevaux fiscaux demeure la même. En effet, la puissance fiscale ou administrative prend en compte la capacité de pollution de la voiture par sa production en dioxyde carbone. Le calcul n’a donc aucun intérêt à considérer la marque ou le type de la voiture.

Les principaux éléments à prendre en compte dans le calcul sont donc la production en dioxyde de carbone et la puissance en kilowatts. Lorsque la puissance réelle n’est pas connue, le nombre de chevaux-vapeur peut servir dans le calcul pour un résultat juste. Une simple conversion suffit.

Ainsi, dans le premier cas où la puissance réelle est connue et est donnée en kilowatts, le calcul est direct. Dans un premier temps, vous devez diviser par 45 la quantité de dioxyde carbone produite dans le véhicule afin d’avoir un premier résultat. Dans un second temps, vous diviserez par 40 la puissance réelle en kW et vous élèverez la proportion à la puissance 1,6 pour avoir un second résultat.

Le nombre de chevaux fiscaux est l’addition entre les deux résultats. Dans le cas où vous auriez les chevaux-vapeur, la conversion se fait en divisant ce nombre par 1,36 et vous appliquez la même formule.

Les réglementations et le prix à payer

Le prix du cheval fiscal est variable selon la région. En effet, la tarification pour un cheval fiscal dépend de différents facteurs sociopolitiques. Ainsi, sur le territoire national, vous pourriez payer une taxe différente en déménageant. Toutefois, la fourchette de prix est connue pour un cheval fiscal.

Quelle que soit votre situation géographique, vous payerez au minimum 27 euros et 51,2 euros au maximum pour un cheval fiscal. Le coût de l’unité sera multiplié par cinq pour la 307 2l hdi 90. Cette tarification a vu le jour afin de permettre la quantification de la pollution par voiture dans chaque région.

À son instauration, comme toutes les autres taxes, le grand public l’a rejetée. Pour la plupart, payer une taxe par cheval fiscal de sa voiture est injuste et n’a d’ailleurs aucun sens. Malgré toutes les protestations, cette taxe demeure et est même obligatoire. En revanche, un paramètre capable de déterminer la combustion de l’air et du carburant dans le moteur est pris en compte dans le calcul. Pour une faible pollution, vous payerez moins.